Patrice, stagiaire ADEMA 2017

Ancien cadre supérieur dans une grande entreprise, Patrice participe aujourd’hui au programme ADEMA

 

Ancien cadre supérieur dans une grande entreprise, Patrice participe aujourd’hui au programme ADEMA

 

« Je ne travaillais plus pour ouvrir des usines mais pour les fermer »

Fort d’une expérience de près de 15 ans en Finance, Patrice a vu les valeurs de son entreprise évoluer en opposition à celles qui lui tenaient à cœur. Si le sens de son travail était initialement de développer l’activité, la fracture s’est produite lorsque son travail a consisté à étudier les coûts et alimenter la fermeture d’usines, impliquant des licenciements en chaîne au seul nom du profit : une politique à l’encontre de son éthique.

 

« J’ai suivi cette idée car elle avait du sens… pas juste pour dire d’avoir un projet »

Patrice a quitté son poste et s’est lancé dans un tour du monde, à la découverte des hommes et des cultures. Pendant près d’un an, il a parcouru les différents continents et c’est en Indonésie que son voyage a pris une toute autre tournure : « Je me disais que si à travers ce voyage je trouvais une idée tant mieux, sinon tant pis… et puis j’ai découvert la permaculture et j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire ».

Jusque-là improvisé, son programme se construit dès lors autour de la découverte et l’apprentissage de cette méthode. Les derniers mois, prévus en Amérique du Sud, se remplissent ainsi d’immersions dans des micro-fermes ayant adopté la permaculture. Si cette pratique a révélé chez Patrice une véritable vocation agricole c’est parce qu’elle lui permet de « prendre soin de la terre », l’un des principes piliers de ce mouvement aux valeurs profondément humaines et environnementales. S’enrichissant chaque jour de nouvelles connaissances, il lui tarde alors de rentrer en France afin de donner vie à son projet.

 

« ADEMA m’a permis de me confronter à la réalité de mon projet professionnel »

Patrice a choisi de participer à Adema pour « balayer les différents métiers de l’agriculture car il est toujours intéressant de découvrir des métiers qui nous étaient encore inconnus jusque-là ». L’immersion en milieu professionnel quant à elle, a été une expérience particulièrement édifiante car elle lui a permis de mesurer l’envergure du travail qui l’attendait. Il a effectué son stage au côté d’un agriculteur installé à son compte depuis plusieurs années, suivant des principes de permaculture et qui a pleinement partagé avec lui son expérience du métier.

Sa première constatation, même s’il l’avait auparavant pressentie, est que ce mode de culture nécessite plusieurs années avant d’être pleinement opérationnel. Patrice ne recherche pas le profit mais il a cependant conscience qu’il lui faut assurer un minimum de revenu afin de garantir la viabilité de son projet et la pérennité de son activité pour en vivre. Il aspire à « un profit sain et durable, non seulement pour mon activité mais aussi pour la terre » dont il a conscience qu’elle est infiniment précieuse. Pour cela, il estime qu’il devra s’appuyer sur l’agriculture biologique et il sait aussi que seul, cette entreprise sera compliquée, il lui faudra donc trouver des partenaires et collaborateurs. Son but est de trouver un juste équilibre et ne pas tomber dans une course au profit démesuré dans laquelle s’engouffrent les entreprises, au modèle de plus en plus capitaliste et bien plus destructeur de nos ressources que créateur.

 

« Je vais continuer mon apprentissage puis je me ferai ma propre expérience »

Dans la continuité d’Adema, Patrice a prévu de réaliser plusieurs stages non rémunérés à travers un autre dispositif de Pôle Emploi. Pour avoir une vue d’ensemble, il s’est employé à trouver des structures d’accueil aux caractéristiques différentes comme le nombre d’employés, le statut ou encore la période de stage afin de suivre le processus de culture au fil des saisons. À moyen terme, il envisage de reprendre une activité salariée tout en continuant de développer son projet grâce à des formations spécifiques mais aussi en veillant les opportunités de terrains qui lui permettront de s’installer et concrétiser un travail de longue haleine.